Sommet de la parentalité #Jour 1 #vidéo 1 « Comment résoudre les disputes entre enfants « 

Si vous n’avez pas pu regarder les vidéos que je vous ai partagé quotidiennement cette semaine via ma page Facebook , voila la « séance rattrapage » . haha. Bon alors les vidéos durant 1 h en moyenne sachez que je n’ai pas fait la transcription de chaque vidéo mais que j’ai pris des notes au fil de chacune et que je vous en livrerai le résumé ou plutôt les « clefs », les pistes que j’ai retenu pour chaque « thème » abordé dans ces prochains articles. Il y a aussi des choses que je n’ai pas noté car je « connaissais déjà » la théorie mais ne vous inquiétez pas si vous ne la connaissez pas encore je ferai d’autres articles sur le sujet donc pas de panique ça viendra ! N’hésitez pas à me faire part de vos questions, des thèmes particuliers que vous aimeriez que j’aborde etc en commentaire ! ( Et même un petit commentaire pour me dire que vous appréciez ( ou non) ça fait toujours plaisir)

Jour 1 : Tarisayi de Cugnac : 

“Comment résoudre les disputes entre enfants ?”

Tarisayi est Formatrice en éducation positive (discipline positive, pédagogie Montessori), Conférencière et Coach parentale.

Voici ce que devait nous dévoiler Tarisayi :

  • Comment gérer les disputes ? Vous trouverez les pistes dans ce résumé
  • Quelles conséquences engendrent les punitions chez l’enfant ?  La « théorie » ( dont je vous parlais en intro)  que je connaissais déjà, du coup je me suis concentrée sur les autres clefs, mais je ferais un article dessus, et notamment lorsque je vous parlerai d’un super livre sur le sujet  » éduquer sans punir de Thomas Gordon
  • Et si on voyait nos enfants autrement ? Alors la réponse est toute simple et je ne l’ai pas notée dans mon résumé mais pour faire bref : arrêtons de voir nos enfants comme des ennemis, des manipulateurs qui ne cherchent qu’à nous rendre chèvre ! S’ils réagissent comme ils le font ( et que ca nous énerve) c’est tout à fait normal et cela s’explique même scientifiquement par la construction de leur cerveau encore immature ! ( détails dans d’autres articles) 
  • Comment limiter au maximum les disputes ? Je n’ai pas relevé de pistes exactes car il a plutôt été question de pistes pour leur apprendre à gérer leur dispute par eux meme , mais une réponse serait déjà : ne pas comparer les enfants entre eux et leur montrer à chacun qu’on les aime inconditionnellement.

 

  • Comment faire en sorte que les enfants résolvent leurs disputes par eux-mêmes ? Tout est dans le résumé ci-dessous

 

Voici le résumé des clefs/pistes que j’ai retenues de cette vidéo :

L’ idéal lors d’une dispute est bien sur de trouver une solution qui convienne aux deux partis impliqués.

  • L’étape cruciale pour nous adulte c’est de se reconnecter  au néocortex du  cerveau pour réfléchir  c’est à dire sortir du cerveau reptilien (qui est toujours impliqué puisque c’est le cerveau « primitif »ou de l’instinct) afin de pouvoir être calme et réfléchir posément . Tarisayi  illustrait ce phénomène avec la position des doigts de notre main : en cas de dispute la main est ouverte, avec le pouce perpendiculaire aux doigts dans la paume, c’est la situation cerveau reptilien, et quand on referme les doigt autour du pouce on « active » donc le néo cortex) .
  • Il s’agit de sortir du « triangle de karpman » qui veut que lors d’une dispute il y a 3 « statuts », le bourreau(celui qui tape ou agresse l’autre) , la victime (celle qui pleure et appelle au secours) et le sauveur ( l’adulte qui intervient.)
    • Le problème de ces «  étiquettes » c’est que à force de fonctionner comme cela, la victime ne sait plus résoudre ses problèmes par elle même, ni se défendre, puisque c’est toujours quelqu’un d’autre qui vient « faire le gendarme », et ça devient une position confortable pour elle puisqu’elle est toujours « consolée », cajolée ( les « oh ma pauvre chérie , il t’a fait mal viens que je te fasse un calin) , le bourreau lui à force d’entendre «  c’est pas bien ce que tu as fait, t’es méchant etc »  finit par croire que quoi qu’il fasse, il fait mal, et qu’il est mauvais. Et le sauveur lui se sent  » tout puissant »
    • Et plus tard quand ces enfants deviennent adultes ils restent dans ce schéma et cela les handicapera dans leur quotidien face à l’adversité. ( perte de confiance en soi, incapable de se débrouiller seul etc) .

Donc le but est non pas de résoudre le conflit à la place des enfants mais à ce que à terme ils arrivent à résoudre entre eux leur problème sans que papa et maman n’aient besoin d’intervenir et/ ou de jouer le gendarme et de régler le problème à leur place.

Et donc pour arriver à cet objectif , il faut les «  entrainer » au travers de jeux, en dehors des périodes de disputes bien sur, afin que au travers de ces jeux ils trouvent des outils et solutions à appliquer aussi lorsqu’une dispute surviendra. Et où il suffira au parent de dire lors d’une dispute : « je vois que vous vous disputez mais je vous fais confiance pour trouver une solution par vous même ».

Tarisayi donne donc plusieurs idées de jeux à mettre en place pour y parvenir :

  1. Le jeu des grands sages :
    • il s’agit de 2 adultes ou 1 adulte et 1 peluche par exemple qui font semblant de se disputer pour un jouet ( ou un autre sujet de discorde qui pourrait survenir entre deux enfants par exemple),  les 2 adultes appellent les enfants qui seront « les grands sages » ( on peut les déguiser ou leur donner des accessoires pour qu’ils soient encore plus dans leur rôle) , et c’est à eux de proposer des solutions pour résoudre le problème des deux adultes .
    • Ce jeu leur permet d’apprendre à dissocier le problème de leurs émotions afin de pouvoir trouver des solutions plus facilement puisque le problème ne les concerne pas directement ( ils sont donc plus aptes à trouver des solutions puisqu’ils ne sont pas submergés par l’émotion) .
    • A terme, à force d’avoir trouvés par eux même toutes ces solutions, les enfants auront le réflexe, au moment d’une réelle dispute les concernant, d’appliquer les solutions qu’ils ont pu proposer dans un cas similaire à leurs parents et donc arriveront plus facilement à le mettre en place puisque la solution est « déjà toute trouvée » et ils n’ont pas besoin d’y réfléchir alors qu’ils sont maintenant tout embrouillées dans leur émotions.
  1. La roue des choix :
    • dans le même esprit mais plus matérialisé, il s’agit de dessiner un cercle qu’on découpe en morceaux de camembert ( soit en traçant des traits soit en découpant) , sur chaque part de camembert, l’enfant note une solution pour résoudre un problème.
    • On peut faire une roue par enfant ou une roue commune à tous.
    • Il faudra la fabriquer en dehors d’un temps de dispute bien sur, pour pouvoir réfléchir calmement, et en faisant participer les enfants ( les faire écrire, ou dessiner, ou colorier la roue, la décorer pour la personnaliser etc) afin qu’ils aient vraiment envie de l’utiliser et que ca soit un outil personnalisé pour chacun.
    • On colle ensuite les parts les unes à coté des autres .
    • Lors d’une dispute on les encourage à se servir de la roue des choix pour trouver des solutions concrètes : il ne s’agit pas de tirer au sort la solution sur la roue mais d’engager une discussion pour trouver la solution qui correspondra le mieux à chacun ( en les laissant au maximum se débrouiller seul ) et ensuite ils choisissent ensemble une solution donc soit un compromis ( l’un des deux est moins arrangé par la solution mais c’est celle qui convient quand même le mieux) ou dans l’idéal un consensus ( les 2 sont ravis par la solution trouvée )
    • Notre rôle d’adulte sera d’être observateur : «  ou en sont-ils ? Sont ils encore dans le « cerveau reptilien » à taper ou pensent ils déjà à utiliser les outils proposés pour résoudre ensemble ? Si ils sont plutôt reptilien alors il faut encore les «  entrainer » en dehors des moments de disputes, si ils vont plutôt vers les outils alors sont ils a l’aise avec ? L’un des deux est il moins à l’aise et dans ce cas il faudra l’aider à s’exprimer plus pour trouver des solutions ensembles ( et non pas se laisser imposer la solution par l’autre)
    • Mais attention il ne faut surtout pas que ces outils deviennent une punition !!!

    • Concrètement la roue des choix peut comporter aussi bien :
      • des solutions pour se ressourcer se calmer avant de résoudre le conflit ( exemple : danser, chanter, aller crier dans un coussin, respirer calmement, etc)
      • que des solutions précises pour tel type de conflit ( exemple : si dispute pour un jouet : jouer chacun son tour pendant un temps donné limité par le minuteur) .
    • La roue est un outil évolutif dans le temps et ne sera pas la même en fonction de l’âge de l’enfant, ils devront donc la mettre à jour au fur et à mesure qu’ils grandissent ou trouvent d’autres solutions. Il faut rendre ludique la roue et elle peut tout a fait convenir à des ados il s’agit de trouver les codes qui correspondent à chaque âge ( exemple un ado passionné d’équitation pourra construire sa roue avec des images de sa passion, la forme peut évoluer ca peut etre des volets à soulever, une roue à tourner etc etc) pour qu’il se l’approprie vraiment et pas par contrainte ou punition.
    • Notre rôle d’adulte est a nouveau d’arbitrer au sens : sans parti pris d’observer : ai je besoin encore d’être la quand ils résolvent leur conflit ou non ? Dois je les entrainer encore pour arriver à résoudre ensemble?
  2. Le temps d échange familial.Une idée un peu plus « institutionnelle » , il s’agit d’une réunion de famille une fois par semaine où on soulève les problèmes rencontrés dans la semaines pour les résoudre ensemble. Les règles de ce temps d’échange sont :
    1. commencer par un temps « d’ouverture des cœurs » pour se sentir aimé par chacun c’est à dire par exemple faire une « ronde des merci » : chacun dit merci à chaque membre d’avoir fait telle ou telle chose pour lui cette semaine.
    2. Amener les problèmes en exprimant les besoins non satisfaits que ça a engendré ( on peut les noter sur des morceaux de papier au fil de la semaine )
    3. Proposer chacun des solutions ( brainstorming) qu’on accepte toutes même farfelues pour stimuler la créativité de chacun. Et retenir celle ou tout le monde est satisfait (ou un compromis ou c’est la majorité des membres qui sont satisfaits)
    4. Puis on teste la solution pendant une semaine ( en sachant que l’important est de voir si elle est adaptée ou non au problème et pas de savoir si c’est la solution de intel qui est la meilleure) : donc si elle marche on l’appliquera durablement mais si ca ne fonctionne pas ce n’est pas grave on en cherche une autre plus durable qu’on teste à nouveau sur une semaine jusqu’à trouver LA bonne solution).
    5. Enfin on termine la réunion sur quelque chose d’agréable pour tous : activité en famille ou autre chose qui stimule tout le monde ensemble)

Enfin il faut se souvenir que la dispute apprend à mieux communiquer et que les disputes ne sont pas quelque choses de « mauvaises » en elle même. Il s’agira dans chaque dispute de trouver « l’intention positive » cachée derrière chaque acte : exemple pourquoi a t il taper son frère ? Est ce pour protéger ses affaires ?  afin de montrer qu’on comprend ( empathie) même si la manière de faire n’est pas appropriée.

Toutes ces clefs peuvent parfaitement être adaptée pour des adultes au sein du couple ou en entreprise.

Voilà pour les clefs que j’ai retenues de cette vidéo ! J’espère qu’elles pourront vous être utiles !

En tout cas l’idée du temps d’échange en famille nous l’avons déjà mise en place chez nous via une « boite de com’ de la famille » dans laquelle chacun glisse des mots où sont écrit tant les points positifs de la semaine que ceux négatifs et on cherche les solutions ensemble chaque semaine.  Pour l’instant c’est plutôt nous les adultes qui nous en servons mais j’ai bon espoir qu’elle nous sera bien utile quand les enfants grandiront !

Publicités

4 réflexions sur “Sommet de la parentalité #Jour 1 #vidéo 1 « Comment résoudre les disputes entre enfants « 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s